Karandras-City


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mémoires de Serguei Barthelemy

Aller en bas 
AuteurMessage
Serguei Barthelemy
Gangster Moyennement Important
Gangster Moyennement Important
avatar

Nombre de messages : 1136
Age : 44
Gang : Mafia Russe
Spécialitée : Grand banditisme
Votre arme favorite : Beretta
Date d'inscription : 24/03/2007

Feuille de personnage
Réputation:
425/3000  (425/3000)
Carnet de conduite:
20/20  (20/20)
Gang actuel: Aucun
MessageSujet: Mémoires de Serguei Barthelemy   Sam 2 Juin - 12:35



Dernière édition par le Lun 30 Juil - 10:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Barthelemy
Gangster Moyennement Important
Gangster Moyennement Important
avatar

Nombre de messages : 1136
Age : 44
Gang : Mafia Russe
Spécialitée : Grand banditisme
Votre arme favorite : Beretta
Date d'inscription : 24/03/2007

Feuille de personnage
Réputation:
425/3000  (425/3000)
Carnet de conduite:
20/20  (20/20)
Gang actuel: Aucun
MessageSujet: Re: Mémoires de Serguei Barthelemy   Sam 2 Juin - 13:17

Chapitre premier : Naître d'un catin

Paris, 12 septembre 1973, sur le lit sale et miteux d'un vieil hotêl de vices, un misérable enfant verra bientôt le jour. Plusieurs femmes à moitié nues sont attroupées autour du lit, l'air affolées.
Un homme, d'une vingtaine d'années, grand et solide, fait tout pour aider la future mère.

Sur le côté, un autre homme, plus gros et bien mieux vêtu, observe la scène d'un air dédaigneux. Il frise déjà les trente ans. Son nom : Igor Outchov, venu en France pour quelques semaines à peine.


"Que va-t-on en faire de ce gosse ? Les pontes verraient ça d'un très mauvaise oeil qu'on le laisse en vie." déclara Outchov en Russe, d'un ton sinistre.

L'autre homme, un certain Vincent Barthelemy, cessa un instant de s'occuper de la femme pour se tourner vers Outchov, une lueur méchante dans l'oeil. Il paraît dangereux et sûr de lui, malgré son jeune âge.

"Qu'est ce que vouliez que je fasse ? Je n'allais tout de même pas tuer Sergia ! Vous devez le prendre en charge, on ne pourra pas le laisser ici." répondit-il en Russe.

Outchov éclata d'un rire gras.

"Je suis un mafieux Barthelemy : pas une nourrice ! Déposez-le près d'une église, ils en feront un prêtre ! La parole de dieu nait parfois dans une maison de passe..."

"Non ! Les orphelins de Paris finissent souvent mal, ils le lâcheraient dans la rue dès qu'il aurait l'age de se débrouiller tout seul !"

Sergia, la future mère, se mit alors à parler. Ukrainienne d'origine, elle connaissait le Russe. Les prostituées n'avaient pas l'habitude de s'adresseur à leur maquereau. Sergia n'avait que dix-sept ans, il lui fallut un grand culot pour s'adresser à Outchov comme elle allait le faire :

"Cessez de parler de lui ! Je... Je veux le garder ! Il... Aaarg... Il... restera ici. Je m'occuperai de lui entre.... Ah! ...entre deux clients. Je... Je veux le garder."

Outchov s'esclaffa de plus belle. Il riait aux éclat et dut même sortir un mouchoir pour essuyer les larmes qui coulaient de ses yeux. Sergia s'était mise à pleurer, Vincent s'approcha d'elle pour lui dire que faire.
La tête du bébé venait d'apparaître entre les jambes de la prostituée.


"Voilà qu'une putain s'adresse à moi ! Comment allez vous l'élever ce gosse ? Entre deux clients ! Un enfant n'a pas sa place dans une maison de passe. Je crois que j'ai une meilleur solution !"

Outchov sortit un Smith and Wesson classic de sa poche intérieure, il visa le ventre de Sergie, un sourire effrayent dessiné sur le visage. Vincent réagit au quart de tour, il se tourna et asséna un violent coup de genoux dans le visage d'Outchov qui tomba en arrière.

Vincent récupéra le Smith and Wesson et visa son supérieur direct, l'air menaçant.


"Excusez-moi pour cela monsieur Outchov, mais cet enfant verra le jour. Je m'occuperai de lui quand Sergia aura un client. Sergia est très appréciée ici, elle apporte beaucoup de clients. Vous verrez, cet enfant ne troublera pas vos affaires !"

Outchov se releva péniblement, il s'essuya le nez, dont coulait un flot de sang. Il semblait choqué que l'un de ses hommes ait osé le frapper. Quelque chose dans le regard de Vincent réussit à le convaincre.

Il ouvrit la porte de la pièce, se tournant vers les autres filles avant de partir.

"Et vous, retournez immédiatement dans vos chambres ! Les clients ne vont pas attendre ! Barthelemy : Ne me fais pas regretter ce choix !"

Tout le monde quitta la pièce mis à part Vincent et Sergia. Les cris de la prostituées résonnèrent plusieurs heures dans la pièce. La nuit tombée, Vincent sortit de la pièce, un faible enfant entre les mains. Le bébé pleurait de tout son saoul.

Outchov arriva, l'air fatigué. Il allait bientôt repartir pour Moscou. Il observa l'enfant d'un air dédaigneux, qui se radoucit devant le regard méchant de Barthelemy.


"J'espère que tu ne me fais pas faire une erreur Vincent. Je ne dirais rien à mes supérieurs. Occupe-toi bien de lui ! Je vais partir à présent, fait bien marcher notre petite affaire."

"Attendez ! L'enfant... Comment dois-je l'appeler ?"

"Comment ? Qu'est ce que j'en sais moi ? Il est un peu Russe après tout ! Le fils de Sergia ? Appelles le Serguei ! Que ça ne se reproduise plus !"


Outchov s'en alla alors, tapotant le petit crâne de Serguei. Quel avenir pouvait avoir un enfant né dans une maison de passe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Barthelemy
Gangster Moyennement Important
Gangster Moyennement Important
avatar

Nombre de messages : 1136
Age : 44
Gang : Mafia Russe
Spécialitée : Grand banditisme
Votre arme favorite : Beretta
Date d'inscription : 24/03/2007

Feuille de personnage
Réputation:
425/3000  (425/3000)
Carnet de conduite:
20/20  (20/20)
Gang actuel: Aucun
MessageSujet: Re: Mémoires de Serguei Barthelemy   Sam 2 Juin - 23:40

Chapitre deux : L'icone d'un père

Durant les premiers mois de sa vie, Serguei fut couvé par sa mère. Vincent laissa à Sergia une sorte de "congé maternité", le temps que le bébé soit un peu plus autonome.
Malheureusement pour la jeune femme, le répit fut de courte durée. Barthelemy devait faire du chiffre d'affaire, et le peu de filles qu'il dirigeait ne lui permettait pas de se passer de l'une d'entre elles.

Si Vincent ne voulait pas que les grands pontes se doutent de quelque chose, il fallait que Sergia reprennent le travail. Le maquereau avait promis de s'occuper de l'enfant, voilà pourquoi il déclara à Sergia qu'il s'en occuperait durant la journée.

Vincent était un homme de parole.
Il n'était pas très gradé au sein de la mafia russe, tout simplement car il n'était pas russe. Comment un français issu d'une famille riche, ayant suivi de longues études, parlant plus de cinq langues dont le russe, avait-il fini dans un réseau de prostitution mafieux ?

Par la force des choses... du destin peut-être.
Vincent était tombé dans le grand banditisme avec plusieurs de ses amis. Ils voulaient devenir riche, et la France n'offrait pas ce genre d'opportunité assez rapidement. Le "père adoptif" de Serguei avait donc commencé à braquer de petits commerces métropolitains.

Puis, ils avaient touché aux banques. Un jour, Vincent a rencontré Igor Outchov, un mafieux moscovite sans grande envergure qui cherchait à implanter un réseau de maison de passe dans la capitale.
Depuis, Barthelemy s'occupait de plusieurs hotels de prostitutions à travers la ville. Il se contentait d'encaisser les gains et de calmer les clients violents... parfois à coup de flingues.

Le mafieux passait ses journées à écumer la ville, d'hotêl en hotêl, tout en profitant parfois un peu de la vie, s'achetant des fringues de luxe, des cigares et de somptueuses loges. Durant les premières années de Serguei, il laissait l'enfant chez une nourrice, une femme de confiance qui ne posait pas de question.

Officiellement, Serguei n'existait pas. Sa mère était entrée en France par un réseau clandestin, il n'avait donc aucune nationalité. Ni Français, ni Ukrainien, ni Russe, il ne devait en aucun cas être controlé par la police française, heureusement peu regardante à l'époque.

Une fois que l'enfant du vice eut 4 ans, Vincent commença à l'emmener avec lui à travers la ville. Serguei était un bambin vif et intelligent, il comprenait vite et savait déjà parler un peu de français et de russe. ses journées passées avec Barthelemy firent de lui un père pour Serguei.

Vincent était tout pour le petit : il représentait la force, le charisme, la classe. C'est sans doute à cause de l'étrange influence de ce père qui n'en était pas un que Serguei finirait par apprécier le luxe et l'élégance.
Déjà si jeune, mais pourtant condamné, Serguei vivait les années les plus calmes de sa vie.
Alors que l'innocence de l'enfance le berçait encore, il ne devinait pas le sombre avenir que la mafia lui préparait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Barthelemy
Gangster Moyennement Important
Gangster Moyennement Important
avatar

Nombre de messages : 1136
Age : 44
Gang : Mafia Russe
Spécialitée : Grand banditisme
Votre arme favorite : Beretta
Date d'inscription : 24/03/2007

Feuille de personnage
Réputation:
425/3000  (425/3000)
Carnet de conduite:
20/20  (20/20)
Gang actuel: Aucun
MessageSujet: Re: Mémoires de Serguei Barthelemy   Lun 30 Juil - 10:26

Chapitre trois : l'enfance d'un roi

Serguei commença à vivre dans la maison de passe, "le bordel" comme disait Vincent, à l'age de six ans. L'endroit était d'autant plus pratique que Vincent n'avait plus à cavaler à travers Paris pour retrouver "son" fils. Il n'avait qu'à se rendre au bordel pour venir le chercher. La plupart du temps, Serguei sortait avec son père adoptif.

Les temps étaient devenus plus rudes pour la mafia, des tas de gangsters français commençaient à revendiquer des territoires. Si bien que Serguei eut à plusieurs reprises l'occasion de voir son père dérouiller quelques minables. La violence s'installait peu à peu dans la tête de l'enfant, qui finit par trouver cela normal.

Le sexe, lui aussi, fut très vite présent dans la vie du gamin. Quand il ne trainait pas les rues ou n'accompagnait pas Barthelemy, Serguei restait au milieu des filles, des putains. Mignon comme peut l'être un enfant, il était chouchouté parmis ces prostituées clandestines.

Lorsqu'il était dans la maison de passe, Serguei était un roi, on l'aclamait, on le calinait. Pour l'enfant, Sergia était loin d'être une mère, mais plutôt une grande soeur. Il apprit très vite à se jouer des femmes, ce qui aurait un très grand rôle sur le mépris de l'amour qu'il aurait ensuite.

Une femme est une faiblesse... Voilà ce que Vincent lui enseigna. A l'époque, Serguei vivait comme un roi, il ne pouvait pas se douter qu'il serait bientôt aussi violent que Vincent... Mais le crime arriverait un jour pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mémoires de Serguei Barthelemy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mémoires de Serguei Barthelemy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mémoires d'un tyran
» Le Japon, mémoires d'un Empire secret
» Mémoires de Victoire de Noailles-Norfolk
» [Mémoires de Philippe d'Orléans]
» Danaël Ashlott- L'ange des Mémoires [Fini ...ou pas ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Karandras-City :: Administration & Information :: Gangster Times :: Mémoires-
Sauter vers: